DOSSIER GREC :
REVUE DE PRESSE



Je prie mes lecteurs de bien vouloir m'excuser, je ne suis pas journaliste professionnel, je suis médiateur social et j'ai une famille, je n'ai pas eu le temps de faire une synthèse donc je partage ma revue de presse, ce qui peut quand même faire gagner du temps quand on en a pas beaucoup mais que l'on veut comprendre. Je complète au fil de mes recherches. Je m'aperçois vite que les grands médias nous ont gavé le cerveau jusqu'à la nausée avec une incessante répétition de toutes les informations validés par les pouvoirs en place, les informations que nos gouvernants veulent nous apprendre pour mieux nous cacher l'essentiel et surtout pour nous cacher la vérité sur la Grèce.

à quoi ont conduit trente-cinq années d’Europe pour la nation fondatrice de notre civilisation ? au vu du résultat on peut légitimement penser que la Grèce et son peuple seraient plus heureux sans l'Europe et sans l'euro !
l'Europe capitaliste est une machine à piller les peuples pour engraisser les banques, le FMI, la commission européenne et tous leurs complices. Et si l'Europe invite l'Ukraine c'est pour asservir les ukrainiens qui devront payer ! sauf les plus riches comme en Grèce...

σε τι έχει οδηγήσει τα τριάντα πέντε έτη της Ευρώπης για το έθνος ιδρυτής του πολιτισμού μας; λαμβάνοντας υπόψη ένα αποτέλεσμα μπορεί νόμιμα να σκεφτεί ότι η ελλάδα και ο λαός του θα ήταν πιό ευτυχείς χωρίς την Ευρώπη και χωρίς το ευρώ!
η καπιταλιστικη Ευρώπη είναι μια μηχανή που λεηλατεί τους λαούς για να παχύνει τις τράπεζες, το ΔΝΤ, τη ευρωπαϊκή Επιτροπή και όλους συνεργούς τους. Και εάν η Ευρώπη προσκαλεί Ουκρανία είναι για να ελέγξει ουκρανικό που θα πρέπει να πληρώσει! εκτός από τον πιό πλούσιοτον όπως σε ελλάδα…

to what did lead thirty-five years of Europe for the nation founder of our civilisation? within sight of the result one can legitimately think that Greece and its people would be happier without Europe and the euro!
capitalist Europe is a machine to plunder the people to fatten the banks, the IMF, the European Commission and all their accomplices. And if Europe invites the Ukraine is to control the Ukrainians who will have to pay! except richest as in Greece…

К чему вел тридцать пять лет Европы для нации основания нашей цивилизации? Принимая во внимание результат мы можем юридически думать, что Греция и его люди будут более счастливее без Европы и без евро!
Капиталист Европа - это машина, чтобы разграбить народы к банкам удобрения, МВФ (МЕЖДУНАРОДНЫЙ ВАЛЮТНЫЙ ФОНД), Комиссии ЕЭС и всем их сообщникам. И если Европа приглашает Украину это должно порабощать Украинцев, которые будут должны оплачивать! Кроме самого богатого как и в Греции....


L'économiste Thomas Piketty a déclaré dans un entretien avec le journal DIE ZEIT que la formule de la réussite allemande après la Deuxième guerre mondiale reposait, entre autres, sur un élément crucial : la réduction de sa dette. En 1953, la dette allemande a été effacée à près de 60 %. Mais Angela Merkel a réaffirmé dimanche 19 juillet son opposition à une réduction «classique» de la dette grecque, un «haircut», jugeant que cette pratique ne pouvait avoir lieu «dans l'union monétaire». «Il ne peut pas y avoir dans l'union monétaire de "haircut" classique, c'est-à-dire la réduction de 30, 40% de la dette», a déclaré la dirigeante lors d'une interview à la télévision publique ARD.

Dans la crise grecque actuelle, l'argument qui prévaut est que le paiement des réparations de la 2ème guerre mondiale ne doit pas être cumulé avec la dette grecque : 380 milliards alors que l'Allemagne doit 278,7 milliard d'euros de réparations à la Grèce !

Et la dette de la France ? : 2055 milliards (au 20 juillet 2015) voir le site http://www.dettepublique.fr/ où vous avec quelques vidéos qui aident à comprendre.


LES EXPERTS INDÉPENDANTS :

Le CADTM  Comité pour l'Annulation de la Dette du Tiers Monde
Cinq mois après la victoire de Syriza aux élections législatives en Grèce, les créanciers n’ont cessé de mettre la pression sur le gouvernement. Les « institutions » cherchent inlassablement à imposer à la Grèce la poursuite des mémorandums, ceux-là mêmes qui ont mené la Grèce dans une crise humanitaire, sociale, économique et politique sans précédent. Le rapport intermédiaire de la Commission d’audit de la dette grecque, présenté les 17 et 18 juin, établit la dette grecque comme étant presque entièrement illégitime, illégale et odieuse. Face à l’inflexibilité des créanciers à chaque proposition du gouvernement grec, Alexis Tsipras a annoncé la tenue d’un référendum le 5 juillet sur le dernier plan soumis par les institutions.


Michel Collon : Le véritable but de la «thérapie de choc» en Grèce
20 juil. 2015 09:35
12,5 millions d’Allemands vivent sous le seuil de pauvreté. Malgré ce bilan pitoyable, Angela Merkel prétend imposer le «modèle allemand» au monde entier. Michel Collon analyse pour RT France l’exemple de l’Allemagne.
En vérité, le modèle allemand ne fonctionne pas. Et c’est logique : si vous baissez les salaires, si vous multipliez les jobs hyper-précaires (on a même vu des gens payés un euro de l’heure !), bref si vous gonflez les bénéfices des multinationales en ruinant les travailleurs, avec quoi vont-ils acheter ? A qui ces mêmes multinationales peuvent-elles vendre s’il n’y a plus de pouvoir d’achat ? Les seuls à profiter du modèle allemand, ce sont les actionnaires des multinationales exportatrices : Siemens, Thyssen, Mercedes, BASF. Le 1%.

Malgré cette faillite, Merkel et les multinationales allemandes exercent à présent des chantages odieux pour faire baisser davantage encore le niveau de vie des travailleurs grecs. Pourtant, ceux-ci ont déjà perdu énormément : salaires -37%, retraites -48%, consommation -33%. Et tous les experts un peu réfléchis le disent : cette «thérapie de choc» made in Berlin aggravera la crise économique grecque et diminuera la capacité du pays à s’en sortir.

Tout cela pour, nous dit-on, «aider les Grecs à rembourser leur dette». Faux, pour trois raisons :

Le véritable but de cette thérapie de choc n’est pas d’aider les Grecs, mais de les mettre à genoux. Avec trois objectifs cachés :

Après les Grecs, notre tour viendra. Il est temps de déclencher une protestation des citoyens européens, à la base, pour soutenir les Grecs. J’y reviendrai.

source : http://francais.rt.com/opinions/4559-grece-veritable-but-therapie-choc


“Greece is a member of the EU and …conducts complicated negotiation process with its partners. Mr. [Alexis] Tsipras didn’t ask us for any help. And in general, it’s understandable because the numbers [of the Greece debt to the troika of its international creditors] are high.”
President of the Russian Federation Vladimir Putin
http://www.rt.com/news/272962-putin-greece-european-commisssion/



Ces voix allemandes divergentes sur la crise grecque que personne n'entend
Traduction publiée le 14 Juillet 2015 18:03 GMT 
A croire les médias traditionnels allemands, l'Allemagne est unanime à vouloir un nouveau tour de vis d'austérité et de réformes pour le maillon faible grec de la zone euro. Par contre, dans les médias alternatifs et les communautés d'internautes ou les médias sociaux d'Allemagne, les voix anti-austerité qui s'alignent sur le peuple grec sonnent haut et fort.


Grèce : en plein déchirement, Syriza annonce la tenue d'un congrès en septembre
 Par latribune.fr  |  31/07/2015, 8:30  |  620  mots

Alors que les représentants des créanciers sont actuellement à Athènes pour finaliser le troisième plan d'aide à la Grèce, le comité central de Syriza a voté jeudi soir en faveur de la tenue d'un congrès extraordinaire en septembre pour définir une position commune sur l'accord adopté le 13 juillet à Bruxelles.
Il l'avait annoncé il y a quelques jours. Cette fois, Alexis Tsipras, le Premier ministre grec, a officiellement proposé la tenue d'un congrès extraordinaire de Syriza en septembre afin de définir une position commune vis-à-vis de l'accord avec les créanciers arraché péniblement le 13 juillet. Depuis cette date, le parti de gauche radicale, arrivé au pouvoir en janvier dernier, se déchire. Plusieurs ministres ont démissionné après l'accord avec les créanciers, à l'instar de la ministre déléguée aux Finances, Nadia Valavani la semaine dernière. Ou encore de Yanis Varoufakis, l'ex-ministre des Finances le 6 juillet.

Vers un congrès après l'obtention du prêt ?
Jeudi soir, le comité central du parti de gauche radicale Syriza a voté -après 12 longues heures de réunion- en faveur de la tenue d'un congrès extraordinaire afin de définir une position commune vis-à-vis de l'accord avec les créanciers du pays.

Si cette session doit avoir lieu en septembre, la date n'a pas encore été définie.

"Une majorité a voté en faveur de la tenue d'un congrès extraordinaire en septembre", a précisé hier soir Costas Zachariades, membre du comité central.
Mais la tenue de ce congrès, qui risque d'intervenir après la finalisation de l'accord avec les créanciers, ne satisfait pas une partie des dissidents qui exigent la tenue d'une réunion plus tôt. Le ton monte au sein du parti. Hier soir, à l'issue des discussions, une dizaine de membres du comité central ont claqué la porte, rapporte Costas Zachariades à l'AFP.

Tsipras, adulé puis désavoué par son propre camp
Fin juin, Alexis Tsipras avait pris tout le monde de court, y compris son propre camp au moment de l'annonce de la tenue du référendum. Les Grecs devaient alors dire si oui ou non ils acceptaient le plan proposé par les créanciers. Rejeté en masse le dimanche 5 juillet par 61% des votants, le même Tsipras a pourtant validé le 13 juillet, à Bruxelles, l'accord contesté massivement. Depuis, l'icône de la gauche radicale est critiquée. Voire désavouée et décrédibilisée.

Lors de la présentation du premier volet de réformes à la Vouli, 109 des 201 membres du comité central de Syriza ont déclaré le texte non conforme aux engagements du parti.

Puis, au moment des deux votes au Parlement, les 15 et 22 juillet, une trentaine des 149 députés Syriza ont voté contre les trains de réformes exigées par les créanciers du pays.

Des élections anticipées au programme
Mercredi, lors d'un entretien accordé à la radio grecque "Sto Kokkino", le Premier ministre a déclaré qu'il pourrait être contraint d'organiser des élections législatives anticipées s'il ne disposait plus de la majorité nécessaire au Parlement.

Mais la marge de manœuvre d'Alexis Tsipras est d'ores et déjà limitée. La majorité parlementaire (151 députés sur 300) n'a été obtenue qu'à la faveur d'une alliance avec le parti des Grecs indépendants ANEL. Résultat, Syriza compte 149 députés, l'autre parti seulement 13. Le Premier ministre doit donc gérer la fronde de certains députés de son camp, mais aussi celle de son allié de coalition. Pour l'instant, il a voté les deux volets de réformes exigées par les créanciers.

Mais, fin juin, le chef de file d'ANEL, Panos Kammenos, s'était formellement opposé au passage de la TVA à 23% dans les îles. Et menaçait de se retirer du gouvernement si cette mesure n'était pas supprimée. S'il a finalement voté en faveur de ce pack de réformes, l'équilibre de la coalition est désormais précaire.



Semaine d’action du 1er juillet 2015 au 4 juillet : dans plus de 30 villes en France « Non à l’austérité ! Oui à la démocratie ! » :
François Hollande n'a rien entendu, les députés non plus.





Plusieurs centaines de personnes se sont rassemblées mercredi 15 juillet de 18H00 à 19H00 place de l'Albertine à Bruxelles, en solidarité avec le peuple grec. Des discours ont été tenus, dénonçant la dictature de l'Eurogroupe et de l'Union européenne au service des banques. Les participants parmi lesquels des représentants du syndicat CSC, des sympathisants du mouvement citoyen Hart boven hard ou encore des eurodéputés du parti Podemos soutiennent la résistance du peuple grec face au pillage de son économie.

Tosi Pietro, membre du MOC (Mouvement Ouvrier Chrétien) Bruxelles, demande le respect formel du référendum du peuple grec, qui a dit non à plus de 60% le 25 juin dernier à la proposition d'accord entre la Grèce et ses créanciers. "Le peuple grec est à nouveau victime aujourd'hui d'un chantage de l'Union européenne. Le non du référendum n'a pas été respecté et nous voulons défendre son choix."


"Ce n'est pas un accord, c'est un viol"
Pierre-Henri Thomas
16/07/15 à 06:23 - Mise à jour à 12:25
Source : Trends-Tendances

Professeur à l'université d'Austin (Texas), James Galbraith, le fils de John Kenneth Galbraith, a des mots très durs pour commenter l'accord intervenu lundi entre la Grèce et les autres membres de l'Union européenne. Ce proche de l'ancien ministre des Finances grec Yanis Varoufakis condamne à la fois le FMI, la BCE et l'Union européenne.

Quelle est votre regard sur - l'accord - entre guillemets-de lundi ?

Vous mettez vous-même ce terme entre guillemets : ce n'est en effet pas un accord. C'est un viol, le consentement grec fut obtenu de la manière habituelle dans ces circonstances : comme l'a dit justement le premier ministre grec Alexis Tsipras, il a donné son accord avec un couteau sur la gorge. En l'espèce, le couteau était la menace brutale exprimée par la banque centrale européenne de faire s'écrouler le système bancaire du pays (en refusant de prolonger ses lignes de crédit d'urgence, NDLA).

Vous pensez que ces décisions ont une petite chance de résoudre quand même le problème ?

Etant donné l'échec cuisant auquel ont abouti les politiques similaires qui ont été conduites ces cinq dernières années, il est difficile pour toute personne raisonnable de croire que la poursuite des mêmes politiques aboutirait maintenant à relancer l'économie grecque.

Certains observateurs disent que finalement, il aurait mieux valu décider d'un Grexit, d'une sortie de la Grèce de la zone euro, plutôt que d'arriver à ce texte...

Tout cela dépend de la manière dont l'exit aurait été conduit et de l'importance de l'aide que les amis de la Grèce auraient apportée au pays.

Pourquoi, à votre avis, l'Allemagne a adopté un ton si dur?

Pour des raisons de politiques intérieures. Parce que la chancelière Angela Merkel semble avoir été prisonnière de sa propre administration et parce qu'elle ne veut pas être déforcée au profit de Wolfgang Schäuble au sein de la CDU.

Pensez-vous, comme certains économistes anglo-saxons, que tout ce qui se passe aujourd'hui est la conséquence d'une mauvaise structure originelle, d'un "bad design" de la zone euro ?

Oui, en partie...

... ils disent que dans cette zone imparfaite, il est impossible désormais de s'ajuster via les taux de change. Et que la seule manière de résoudre les déséquilibres entre les pays qui dégagent des surplus commerciaux et ceux qui sont en déficit, est que ces derniers s'ajustent via les prix et les salaires. Ce qui revient à prendre des mesures déflatoires....

Oui, c'est exactement cela !

Comment expliquez-vous la position du Fonds monétaire international : après avoir imposé de dures mesures d'austérité à la Grèce ces dernières années, il dit aujourd'hui que la solution ne viendra pas sans une restructuration profonde de la dette grecque par les Européens?

Le FMI continue de supporter ces mesures d'austérité, qui ne fonctionnent pas. Mais il lui est interdit de participer à un programme d'aide d'un pays dont la dette n'est pas soutenable. La publication ces dernières heures d'analyses montrant que la dette grecque n'est pas soutenable est donc le moyen pour le fonds de refuser de participer à un nouveau plan de sauvetage. Cela pose d'ailleurs un problème majeur pour le financement de l'accord de lundi, car le prêt que donnerait le MES à la Grèce requiert (ce sont les statuts du MES, NDLA) la participation du FMI. Si ces conditions ne sont pas remplies, le fonds peut se retirer et dire comme Ponce Pilate : je m'en lave les mains.

Et vous, quelles solutions proposez-vous pour régler le problème grec?

Je continue de supporter les efforts de personnes courageuses en Grèce, et notamment ceux de mon ami Yanis Varoufakis, l'ancien ministre des Finances, pour trouver une manière tolérable d'avancer...

Propos recueillis par Pierre-Henri Thomas - source : http://m.trends.levif.be/economie/politique-economique/ce-n-est-pas-un-accord-c-est-un-viol/article-normal-405833.html


Le viol du peuple grec : c'est ça l'Europe ?
T’as pas voulu la gifle ? Eh bien, ce sera mon poing sur la gueule ! Voici la réponse qu’Alexis Tsipras a rapportée de Bruxelles après que les électeurs grecs se soient prononcés à 61% contre le premier plan d’austérité demandé par l'Eurogroupe fin juin. Ou quand Ubu est fait roi d’Europe




Place de la République dimanche 5 juillet au soir à Paris, quelques milliers de personnes ont manifesté leur solidarité et exprimé leur joie avant même de connaitre les résultats définitifs du référendum. Reportage.


http://www.latribune.fr/depeches/reuters/KCN0PP156/la-vice-ministre-des-finances-grecque-nadia-valavani-demissionne.html
La vice-ministre des Finances grecque Nadia Valavani démissionne        reuters.com  |  15/07/2015, 12:40  |  139  mots

ATHENES (Reuters) - La vice-ministre grecque des Finances, Nadia Valavani, a annoncé mercredi, dans une lettre adressée au Premier ministre, Alexis Tsipras, qu'elle démissionnait du gouvernement.
    Cette annonce est intervenue avant le vote crucial qui doit avoir lieu au parlement dans la journée sur le paquet de mesures d'austérité exigées par la zone euro en contrepartie du déblocage d'un troisième plan d'aide à la Grèce.
    Nadia Valavani, qui était chargée des questions fiscales et des privatisations, a fait savoir qu'elle n'était plus en mesure de siéger au conseil des ministres.
        "Il est impossible de continuer d'appartenir au gouvernement", écrit-elle dans sa lettre, en expliquant que les mesures d'austérité engageront le pays sur une voie mortifère.

(George Georgiopoulos et Costas Pitas, Eric Faye pour le service français)


Les mensonges sur la Grèce
15 Juillet 2015 -

Les Grecs, « des fainéants » ?
« Le problème, c’est qu’on ne travaille pas assez en Grèce », a déclaré Sarkozy au journal de 20 h sur TF1.
    Selon les enquêtes rassemblées par l’OCDE, la durée hebdomadaire moyenne de travail en 2014 était de 41,9 heures en Grèce, un chiffre qui dépasse de 4,6 heures la durée hebdomadaire moyenne en France et de 6,6 heures celle de l’Allemagne.
    Cette idée est reprise par bien d’autres, politiciens et journalistes de tout bord. C’est un bobard parmi tant d’autres, à propos de la Grèce.

Vrai ou faux ?
    On nous serine que, contrairement aux Grecs, les peuples espagnol et portugais auraient accepté de faire des efforts, ce qui aurait permis à leur économie respective de s’assainir. Curieuse façon de présenter les choses.
    Car ce n’est pas de leur plein gré que les travailleurs espagnols, portugais et autres ont accepté la dégradation de leurs salaires, la généralisation de la précarité, des temps partiels, un chômage qui a crevé les plafonds, les coupes drastiques dans les dépenses de santé, d’éducation, et dans les retraites... En Espagne, au Portugal et ailleurs, ils ont été nombreux à participer à des manifestations pour protester. Et si « les bons indicateurs sont désormais de retour », selon les économistes, les conditions de vie des travailleurs n’ont connu aucune amélioration, bien au contraire.
    En revanche, les mesures d’austérité ont bel et bien profité aux capitalistes d’Espagne, du Portugal, et d’ailleurs...

Ceux qui ne connaissent pas l’austérité
    À entendre des dirigeants politiques y compris de gauche, les classes populaires grecques paient pour avoir vécu au-dessus de leurs moyens. Quelques centaines de familles de la grande bourgeoisie possèdent l’essentiel de l’économie grecque. Elles sont propriétaires de banques, d’entreprises pharmaceutiques, de travaux publics, d’équipements militaires.
    Or, même aujourd’hui, malgré la crise, les armateurs sont encore exemptés d’impôts par la Constitution. Et les plus grandes fortunes échappent miraculeusement aux contrôles de la Banque centrale européenne (BCE). Elles ont pour la plupart ­expatrié leurs capitaux : 120 milliards d’euros seraient ainsi passés à l’étranger.
    Un seul de ces grands propriétaires, actionnaire dans le secteur des médias et dans le BTP, a été mis en garde à vue pour évasion fiscale. Mais, après avoir signé un chèque de 1,8 million d’euros, il a été libéré au bout de quelques heures.

En Grèce, comme ailleurs, on ne fait la morale qu’aux pauvres.

J. S. Irène Lénard Yacine Seyrig dans LO

Un vrai ripoux, corrompu jusqu'à l'os : Jean-Claude Juncker, qui donne des leçons de morale aux grecs !
Depuis le 1er juillet, le Luxembourg préside pour six mois l’Union européenne. L’occasion pour le lanceur d’alerte Antoine Deltour, à l’origine du scandale LuxLeaks, et son comité de soutien, de demander à l’UE de « tourner la page des pratiques antérieures en matière d’évitement fiscal des multinationales ».

La férocité du plan des créanciers    15 Juillet 2015
« La liste des demandes de l’Eurogroupe est une folie », a déclaré le prix Nobel d’économie Paul Krugman. Même ceux qui se font habituellement les relais des créanciers n’ont pu que constater que « le plan de réformes accepté par la Grèce aura un effet récessif », comme l’a écrit le journal Les Échos.

Lire plus bas : Un effet récessif comme en 2012
Un excellent journal d'information sur la Grèce mais en anglais : http://www.keeptalkinggreece.com/

http://www.keeptalkinggreece.com/2015/01/30/finmin-varoufakis-we-dont-need-e7bn-tranche-we-need-debt-restructure/

FinMin Varoufakis: “We don’t need €7bn tranche, we need debt restructure” tagged: bailout, Fin Min, Greece, interview, no need 7 billion, NYT, tranche, Varoufakis
Posted by keeptalkinggreece in Economy

“We don’t want the €7 billion. We want to sit down and rethink the whole program,” Greek Finance Minister Yanis Varoufakis told New York Times in an interview right after he assumed his new post. Out task “is to restructure the debt and the economy to get the money we need.”

Varoufakis suggested that the government could finance its obligations by reducing the target for the so-called primary surplus, the amount of cash in Greece’s coffers after expenses and interest payments.

Creditors are demanding that Greece run a primary surplus of 4.5 percent of gross domestic product. Mr. Varoufakis, however, said Athens would propose to hold the level to 1 percent to 1.5 percent of G.D.P.

Greece is also counting on creditors to provide some form of debt relief, which would also free up funds. Much of the rest of Greece’s total debt of €318 billion is in the form of loans from other European Union governments, which do not want write-downs that would cost their taxpayers. Mr. Varoufakis wants to begin discussions with other finance ministers to find ways to reduce that burden and said the government would soon issue proposals.

Even if the new government does not want to abide by the terms of Greece’s bailout agreements, the Treasury would seem in need of a remaining €7 billion loan disbursement from that program if Greece is to pay off foreign debts coming due by August. (Full article NewYorkTimes)

Head of Eurogroup Jeroen Dijsselbloem is due to Athens today, Friday, where he will meet with the new Finance Minister.

Despite the signals by the EU-Troika partners that there could not be debt restructure or renegotiation, SYRIZA-led coalition in Greece insists on this with many ministers claiming that “negotiations have already started.”

PS After two bailouts totaling  €240 billion and strictest belt-tightening austerity , Greece’s debt rose to €318 billion. Something must be wrong in the agreements of Troika with “Denmark” of the South…



Grèce : la vraie nature du troisième mémorandum
Par Romaric Godin  |  15/07/2015, 9:27  |  1559  mots

Le nouveau "plan d'aide" endettera encore davantage la Grèce sans lui permettre de réellement sortir de l'ornière. Il n'a pour fonction que de "couvrir" les non-dits sur la dette des dirigeants européens.
Le rapport du FMI sur la viabilité de la dette grecque a été perçu comme un « soutien » aux demandes de restructuration d'Alexis Tsipras. Mais son mérite n'est pas là. Il met au jour avec une clarté bienvenue le nœud des six derniers mois de négociations, et pourquoi, au final, ces dernières se sont achevées par une reddition de la Grèce. Ce que le FMI répète (il en est convaincu depuis longtemps), c'est que sans travail sérieux sur le poids de l'endettement public grec, aucun accord n'est réellement raisonnable. Or, quoi qu'on en dise ici ou là, rien ne laisse présager que Berlin accepte d'ouvrir sérieusement le dossier dans les prochains mois, bien au contraire. L'accord du 13 juillet sur la dette ressemble aux engagements pris en novembre 2012 : vagues et sans doute faits pour être oubliés rapidement.

Qui a bloqué ?
Dès lors, lorsque l'on revient sur le déroulé des négociations, on se rend compte que  les blocages ne sont jamais réellement venus de la Grèce ou du FMI, qui demandaient précisément un accord global intégrant ce travail. Le blocage est venu des seuls partenaires qui refusaient toute discussion sur le stock de dettes grecques : les pays de la zone euro. Ce sont eux qui ont contraint le FMI à durcir sa position en exigeant davantage de garanties pour rembourser une dette délirante et, ainsi, à rejeter la proposition grecque du 22 juin, conduisant Alexis Tsipras à convoquer un référendum. Ce sont eux qui ont amené les Grecs à refuser des « réformes » stériles tant que le poids de la dette était aussi lourd. Autrement dit, à refuser une spirale du surendettement qu'ils ont finalement réussi à imposer.

La morale pour couvrir un montage de Ponzi
Les gouvernements de la zone euro, en se cachant derrière des arguments moraux qui ne soutiennent pas l'examen historique et économique (« il faut payer ses dettes »), ont ainsi imposé un nouveau tour de cavalerie financière : la Grèce s'endettera donc auprès du MES (Mécanisme européen de stabilité) pour rembourser les dettes dues à « sa » banque centrale et au FMI. Avec le rapport du FMI, c'est donc l'absurdité du nouveau « plan d'aide » à la Grèce qui éclate au grand jour. Nul besoin de s'interroger longtemps pour le comprendre : ce troisième plan ressemble furieusement aux deux précédents : faire financer ce montage à la Ponzi par des mesures d'austérité qui garantissent avec certitude l'augmentation du poids de la dette grecque et l'incapacité future de rembourser cette dette. Immanquablement, il faudra proposer un quatrième plan qui augurera d'un cinquième...

Pourquoi le poids de la dette a augmenté
On l'a souvent oublié sous la montagne de propos moralisateurs qui se sont déversés sur ce débat, mais le problème de la dette grecque, ce n'est pas son stock nominal qui a reculé depuis 2011, notamment après la restructuration de la dette privée en 2011 (le « PSI »), c'est son rapport à la richesse nationale grecque qui s'est effondré plus rapidement. Les créanciers estiment que cette baisse s'explique par un « manque de réformes. » C'est une position intenable au regard de la trajectoire des finances publiques grecques qui se sont redressées très rapidement, le pays dégageant même un excédent primaire structurel record. La réalité, c'est que ce sont ces « réformes » (en réalité des coupes aveugles) qui ont réduit le PIB et rendu insoutenable la dette. Une preuve suffira : toutes les projections d'impact de la consolidation budgétaire sur la croissance depuis 2010 ont été des erreurs grossières. Bref, c'est la logique à l'œuvre en zone euro qui a échoué. Raison de plus, pour les dirigeants européens, de la poursuivre en l'intensifiant.

Un plan voué à l'échec
Le nouveau plan échouera donc comme les autres puisqu'on se refuse à tirer les leçons du passé. C'est, pour le moment, la seule certitude dont on dispose. La volonté des créanciers de tenir en laisse le gouvernement grec en laissant les banques fermées jusqu'à la signature d'un accord et, sans doute, en laissant le financement de ses banques sous perfusion jusqu'à la réalisation des réformes, va continuer à peser sur le PIB et à maintenir les investissements et les dépenses non essentielles à l'état de projets. Dans un pays ravagé comme la Grèce, ces retards ne sont pas anodins, ils mettent en péril la croissance future. Viendra ensuite la mise en place des mesures d'austérité dans un pays où la demande intérieure est déjà comprimée, ce qui pèsera lourd sur la croissance. La Grèce, l'expérience l'a montré, affiche des multiplicateurs budgétaires importants. Certes, il y aura les 35 milliards d'euros promis par la Commission. Mais n'oublions pas que ces sommes sont en réalité dues à la Grèce. Ce n'est pas une aide, c'est une régularisation. Le poids de la dette va donc encore augmenter. Le FMI prévoit un « pic » pour cet endettement à 200 % du PIB, sachant que toutes ses prévisions passées étaient beaucoup trop... optimistes.

Un « fonds » de privatisation absurde
Sans parler évidemment de ce fameux « fonds » financé par le produit des privatisations que l'on estime à 50 milliards d'euros. Ce chiffre n'est basé sur aucune réalité. Longtemps, le gouvernement grec a demandé à ce que les privatisations soient mieux réalisées, en prenant en compte la valeur réelle des actifs vendus. On a crié au scandale, au manque de volonté. On a demandé d'aller vite. Mais dans un pays à l'économie en lambeaux comme la Grèce, obtenir rapidement des recettes élevées de la privatisation d'actifs ravagés par l'austérité budgétaire et disposant de faibles perspectives (en raison du poids de la dette) relève de l'impossible. Cela relève au mieux d'oeillères idéologiques, au pire d'une inconscience coupable. Entre 2010 et 2015, les privatisations grecques ont rapporté 5,4 milliards d'euros. Ce fonds ne sera donc pas alimenté, c'est un leurre. Mais, à coup sûr, on verra dans la non réalisation des objectifs une nouvelle preuve du manque de volonté hellénique et l'on demandera donc des coupes budgétaires supplémentaires pour compenser le manque à gagner...  Et cela permettra de ne pas évoquer la dette, puisque les Grecs "ne respectent pas les règles". Ce qu'on promet à la Grèce, ce sont, comme le titrait ce mercredi 15 juillet au matin le quotidien conservateur Ta Nea, des « années de plomb. » Le maintien du pays dans la zone euro se fera donc au prix fort.

L'objectif réel des créanciers : cacher leurs mensonges
Ce n'est donc pas la « Grèce » qui a été sauvée lundi 13 juillet, ce sont les non-dits des dirigeants européens qui, pour ne pas perdre la face, pour ne pas reconnaître devant leurs électeurs leurs erreurs, sont prêts à placer un pays de la zone euro dans une position sociale, économique et politique désastreuse. L'erreur d'Alexis Tsipras aura été de croire qu'il pouvait obtenir un « accord mutuellement favorable » comme il l'a martelé pendant cinq mois. L'objectif des créanciers n'étaient pas de trouver un tel accord, c'était de dissimuler leur choix d'avoir monté un monstre financier à partir de 2010 derrière un discours moral pour empêcher d'en assumer les conséquences logiques : le renoncement à une partie de la dette grecque. Irréalisme et populisme : ces deux critiques que l'on a tant appliquées à Alexis Tsipras auraient en réalité dû s'adresser aux créanciers.

Faire payer les générations futures
Les dirigeants de la zone euro sont comme ces « grands menteurs » qui se créent des vies parallèles et doivent en permanence ajouter de nouveaux mensonges aux anciens pour maintenir la cohérence d'une vie qui, au fil du temps, devient de plus en plus intenable. Ces affaires se terminent toujours mal, car le château de cartes finit par s'effondrer. Dans le cas grec, il faudra immanquablement, d'une façon ou d'une autre, en venir à l'annulation des dettes. Si les créanciers s'y refusent, les Grecs feront défaut unilatéralement. L'irresponsabilité des dirigeants de la zone euro éclatera alors au grand jour, car leurs « plans » continuels n'auront fait qu'augmenter la facture. En attendant, tout se passe comme si ces dirigeants ne poursuivaient qu'un seul but : faire porter la responsabilité de cet inévitable moment à leurs successeurs et le fardeau de ses conséquences aux générations futures. Voici où mèneront les leçons de morale de ces dirigeants inconscients.

Occasion perdue
Décidément, la zone euro a raté, durant ce premier semestre 2015, une occasion unique. Dès les premiers moments, Yanis Varoufakis, le ministre grec des Finances d'alors, a proclamé qu'il « ne voulait pas de l'argent des créanciers. » Son but était alors d'ouvrir un vrai débat sur la dette afin que la Grèce puisse rembourser ce qu'elle pouvait rembourser. On comprend alors mieux la haine qui l'a immédiatement entouré : il était celui qui voulait mettre à jour l'immense refoulé qu'il y a sur la dette, celui qu'il s'agit de cacher à tout prix. L'occasion d'en finir avec cette logique a été perdue. Les Grecs et tous les Européens le paieront, au final, très cher.

Source : http://www.latribune.fr/economie/union-europeenne/grece-la-vraie-nature-du-troisieme-memorandum-492098.html


L'Amérique latine salue le Non du peuple grec
Publié le 06 juillet 2015 à 08h03 | Mis à jour le 06 juillet 2015 à 12h05

Plusieurs dirigeants d'Amérique latine, dont la présidente argentine Cristina Kirchner et son homologue cubain Raúl Castro, ont félicité le peuple grec pour avoir rejeté massivement le plan des créanciers d'Athènes et ses nouvelles mesures d'austérité.
 «Grèce: victoire totale de la démocratie et de la dignité», a écrit Mme Kirchner dans un message sur Facebook, exprimant «au nom du peuple et du gouvernement argentins toute sa solidarité au valeureux peuple grec et à ses dirigeants».
«Le peuple grec a dit NON aux conditions impossibles et humiliantes qu'on prétend lui imposer pour la restructuration de sa dette extérieure», a écrit la présidente.
«Nous, les Argentins, nous savons de quoi il retourne. Espérons que l'Europe et ses dirigeants comprendront le message des urnes. On ne peut exiger de personne qu'il signe son propre acte de décès», a ajouté Mme Kirchner.

L'Argentine avait déclaré en 2001 le plus gros défaut de paiement de l'Histoire, d'un montant de près de 100 milliards de dollars, au moment où elle vivait une crise économique, sociale et politique sans précédent.
Quatorze ans plus tard, le pays a réussi à renégocier 93 % de sa dette avec ses créanciers privés, mais il est confronté par l'entremise de la justice américaine à une demande de remboursements de fonds spéculatifs, les «fonds vautours», pour un montant de près de 8 milliards de dollars.
Sur le front de la dette publique, Buenos Aires a remboursé tout ou une partie de ses obligations, vis-à-vis de la Banque mondiale et du FMI, et signé l'an dernier un accord avec le Club de Paris, fixant un échéancier qu'il a jusqu'ici respecté.

Pour sa part, le président cubain Raúl Castro a également félicité le premier ministre grec Alexis Tsipras, a rapporté lundi le quotidien officiel Granma. «J'adresse mes sincères félicitations pour la victoire du Non au référendum grec», a-t-il dit.
«Ce résultat montre que la majorité du peuple grec soutient la politique courageuse du gouvernement que vous dirigez», a-t-il ajouté.

De son côté, le président bolivien Evo Morales s'est également félicité de la victoire du non et a estimé qu'elle constituait une défaite pour «l'impérialisme européen».
«Je félicite le grand peuple grec pour le triomphe du "non-paiement" de la dette, qui constitue une déroute infligée à l'impérialisme européen», a déclaré le président bolivien, cité par l'agence de presse ABI.
Le résultat du référendum «est le début de la libération du peuple européen», a ajouté M. Morales, qui a exprimé «son respect et son admiration pour le peuple grec».


Entre la Grèce et l'Allemagne, une relation ancienne et tumultueuse
Le Monde.fr | 25.02.2015 à 15h20 • Mis à jour le 26.02.2015 à 11h01 | Par Elisa Perrigueur


Les longues tractations entre les créanciers internationaux et les dirigeants de la Grèce ont finalement abouti à un accord, le 20 février, sur la poursuite d'un plan de sauvetage. Durant ces discussions intenses, le couple formé par Athènes et Berlin s'est de nouveau démarqué par la virulence de son opposition. Alors que les Grecs veulent tirer un trait sur l'austérité, les Allemands exigent que le pays poursuive l'assainissement de ses finances publiques. Des dissensions financières ravivées par la crise, mais qui sont aussi la suite d'une histoire commune compliquée.

« Zone d'influence » sous la « bavarocratie »
Les liens entre les deux pays se tissent surtout au XIXe siècle. Ravagée par quatre siècles de domination ottomane et une guerre d'indépendance (1822-1829), la nation grecque naît endettée en 1830. Les « puissances protectrices » (France, Russie, Royaume-Uni) accordent au petit Etat, qui se limite alors à la péninsule du Péloponnèse, la région d'Athènes et les Cyclades, un prêt colossal de 60 millions de francs-or. En contrepartie, Othon, jeune prince de Bavière, est envoyé pour régner sur cette nouvelle « zone d'influence » en 1832.

« Les Grecs ont été écartés de l'administration et de l'armée »
Le monarque de 17 ans et son conseil de régence opèrent un changement d'organisation radical, inspiré de la culture bavaroise. Ils imposent au départ une monarchie quasi absolue, surnommée des Grecs « xenocratia » ou « bavarocratia » (de « xenos », « étranger », et « bavaro », « Bavière »). A ce moment-là, « la régence a licencié les troupes grecques et les a remplacées par un corps de volontaires levé en Bavière avec de fortes soldes », précise l'historienne Joëlle Fontaine, auteure de De la résistance à la guerre civile en Grèce, 1941-1946, qui rappelle :

« Le système s'est centralisé, les communes étaient administrées par des fonctionnaires nommés par le roi. Le droit romain, tel qu'il avait cours en Allemagne, constituait alors la base de la législation et de la jurisprudence ; les décrets, les lois et le journal officiel étaient rédigés en grec et en allemand. Les Grecs ont été écartés de l'administration, de l'armée, etc., d'où une agitation et un mécontentement populaire tout au long du règne d'Othon. »
image: http://s2.lemde.fr/image/2015/02/24/534x267/4582532_3_deae_l-universite-d-athenes-a-ete-erigee-sous_e856b7cb16796f323447d0d14f2869ba.jpg

L'université d'Athènes a été érigée sous la « bavarocratie » et était autrefois surnommée « université othonienne ».
La petite Athènes est alors métamorphosée en prestigieuse capitale par les architectes bavarois. Les écoles fleurissent, l'université d'Athènes est créée. Mais ces transformations, tout comme les besoins de la cour, coûtent cher. Les impôts, plus forts que sous la période ottomane, ne rentrent pas. Le pays n'a alors pas bonne presse en Europe. Dès 1843-1844, la Grèce, en faillite, doit contracter d'autres prêts. Le roi Othon est renversé en 1862.

En 1863, l'écrivain conservateur Edmond About, auteur de La Grèce contemporaine, résume la situation : « Les ressources fournies par l'emprunt ont été gaspillées par le gouvernement sans aucun fruit pour le pays (...). La Grèce est le seul pays civilisé où les impôts sont payés en nature. L'argent est si rare dans les campagnes qu'il a fallu descendre à ce mode de perception. »

L'Etat tente une modernisation en 1876. Les banques européennes, notamment l'institution allemande Bleichröder, prêtent au pays pour aider au développement. Mais en 1893, la Grèce est de nouveau en faillite. Une commission financière internationale est mise en place pour contrôler le budget du pays. Composée de représentants de l'Allemagne, du Royaume-Uni, de la France, de l'Italie, de l'Autriche et de la Russie, elle impose une rigueur budgétaire au pays. Cette sorte de FMI de l'époque ne sera dissoute qu'en 1936, après que la Grèce a de nouveau fait défaut en 1932.

Voir : Grèce : la dette, la souveraineté et le poète d'Alexandrie

Massacres et indemnités de guerre
De 1941 à 1944, les Italiens, les Bulgares et les Allemands envahissent le royaume. Une occupation sanglante. « Les matières premières ont été pillées. Les produits alimentaires sont allés au ravitaillement des soldats allemands et ont engendré de grandes famines dans le pays », raconte Joëlle Fontaine. Les nazis imposent également à la Banque centrale grecque au profit de « l'effort de guerre » un prêt de 476 millions de Reichsmarks, jamais remboursé, évalué à 8,25 milliards d'euros en 2012 par le Bundestag et à 11 milliards d'euros en janvier par le ministère des finances grec.

1 600 Au sortir de l'Occupation, la Grèce est en ruines. 1 600 villages ont été rasés. Les massacres similaires à celui d'Oradour-sur-Glane, en France, sont nombreux, à l'image des épisodes tragiques de Distomo ou Kalavryta, lorsque des centaines de civils sont tués. « Environ 500 000 Grecs ont trouvé la mort durant cette occupation (certaines sources parlent de 600 000) – dont près de la moitié en raison de la famine – soit 6 % de la population d'avant-guerre, d'après une étude du ministère de la reconstruction datant de 1946 », précise Joëlle Fontaine. Le pays se retrouve avec un nombre d'habitants plus faible qu'avant le conflit.

162 MILLIARDS Cet épisode de l'histoire a encore des conséquences aujourd'hui. Au contraire de l'Italie ou de la Bulgarie, l'Allemagne n'a pas remboursé l'intégralité de ses dettes d'occupation après le conflit. L'actuel gouvernement grec, comme les précédents, a réclamé le 8 février le paiement des indemnités de guerre. Cette dette, incluant l'emprunt à l'effort de guerre et les réparations, s'élève aujourd'hui à 162 milliards d'euros, selon Athènes.

En revanche, du point de vue de Berlin, tout a été « réglé » depuis 1960, quand l'Allemagne a conclu avec la Grèce – comme avec d'autres pays occidentaux – un accord de dédommagement, prévoyant le versement à l'époque d'une indemnité de 115 millions de marks.

Lire aussi : Indemnités de guerre, l'autre dette qui oppose Athènes et Berlin

Le ressentiment anti-allemand sous l'ère de la troïka
Dans les années 1950-1960, l'Allemagne de l'Ouest, jouissant du « miracle économique », devient l'une des destinations privilégiées, avec les Etats-Unis et l'Australie, de la diaspora grecque. Elle le restera pendant des décennies. Une étude de l'OCDE datant de 2005 estime qu'en 2000, « la population de nationalité grecque en Allemagne est de 360 000 individus – incluant un grand nombre de Grecs nés dans le pays. »

159 MILLIONS A l'entrée de la Grèce dans la zone euro, l'Allemagne, comme de nombreux pays de la zone, investit massivement en République hellénique. Les banques suivent : à l'époque les rendements sont forts, l'offre abondante. Chaque année, les Allemands constituent le premier contingent de touristes en Grèce, selon l'organisme des statistiques Elstat. Enfin, « Berlin est le 3e investisseur en Grèce, avec 159,1 millions d'euros d'investissements directs étrangers en 2013 », dans les produits chimiques et les denrées alimentaires, ajoute Nikolaos Georgikopoulos, professeur d'économie à la Stern Business School de l'université de New York.

Mais les années d'austérité ravivent un ressentiment anti-allemand. Berlin, principal créancier, prône l'austérité pour la Grèce. La chancelière Angela Merkel incarne la rigueur. « Un sentiment de colère et de trahison n'a cessé de s'accentuer, certains responsables allemands n'ayant pas hésité à blâmer le pays pour son comportement qualifié d'irresponsable », rappelle Nikolaos Georgikopoulos. La population garde aussi en mémoire le traitement parfois humiliant de la presse allemande. Le doigt d'honneur de la Vénus de Milo en « une » de l'hebdomadaire allemand Focus daté du 22 février 2010 a indigné la population.

image: http://s1.lemde.fr/image/2015/02/24/534x267/4582438_7_7662_la-une-l-hebdomadaire-allemand-focus-en_7c12cdace48931aedad19b239758cbd2.jpg

La une l'hebdomadaire allemand "Focus", en février 2010 représente la Vénus de Milo en train de faire un doigt d'honneur. L'image a scandalisé une grande partie des Grecs.
Les Grecs jouent aussi la provocation. Lors de la venue de la chancelière allemande, en octobre 2012, une manifestation s'organise sur la place Syntagma, et un faux char nazi défile au milieu des pancartes « Dehors, le IVe Reich ». Les actes anti-allemands sont plus nombreux. En décembre 2013, la résidence de l'ambassadeur d'Allemagne, située en banlieue nord d'Athènes, a été la cible d'une vingtaine de tirs de kalachnikov, probablement le fait d'organisations d'extrême gauche. La veille d'une visite d'Angela Merkel, en avril 2014, la Banque de Grèce est la cible d'un attentat à la voiture piégée, en pleine nuit.

image: http://s2.lemde.fr/image/2015/02/24/534x267/4582435_3_dc11_une-image-d-angela-merkel-est-suspendue-devant_743b37facf2a4690f20ee56054e878b8.jpg

Une image d'Angela Merkel est suspendue devant le parlement grec, en novembre 2012, la veille d'un vote crucial.
Voir aussi (éditions abonnés) : L’aide à la Grèce suscite des réticences parmi les députés allemands

Source
http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/02/25/entre-la-grece-et-l-allemagne-une-relation-ancienne-et-tumultueuse_4582423_4355770.html
 

http://www.lefigaro.fr/international/2012/04/05/01003-20120405ARTFIG00688-grece-un-retraite-se-suicide-sur-l-autel-de-l-austerite.php
Grèce : un retraité se suicide sur l'autel de l'austérité
Par Alexia Kefalas Mis à jour le 05/04/2012 à 13:21 Publié le 05/04/2012 à 11:58

Le désespéré a voulu faire de son geste un symbole politique. Le pays tout entier est sous le choc.

Au lendemain du premier suicide public dû à la crise économique et aux mesures d'austérité, l'opinion publique grecque est sous le choc. Le dessin d'un homme, le pistolet sur la tempe face au Parlement, fait la une du premier quotidien, Ta Nea. La légende veut qu'il y ait eu un dialogue entre un journaliste et ce retraité de 77 ans qui a mis fin à ses jours mercredi, sur la place Syntagma, devant les passants:
«Je ne supporte pas!
- Qu'est ce que tu ne supportes pas, pépé?
- De voir ce que vous direz sur ce que je m'apprête faire!»
Dimitris Christoulas est le nouveau visage de la crise grecque. Avant de se tirer une balle dans la tête mercredi matin, sur la place centrale d'Athènes, cet ancien pharmacien aurait crié «Je n'en peux plus, je ne veux pas laisser de dettes à mes enfants!». Dans la poche de son manteau, l'homme aurait laissé une lettre reprise dans toute la presse et sur Internet. Le message est sans ambages «Le gouvernement (..) a réduit littéralement à néant mes possibilités de survie, qui étaient fondées sur une retraite honorable pour laquelle j'ai payé seul (sans contribution de l'État) (toute ma vie). Étant parvenu à un âge qui ne me donne pas la possibilité d'une réaction dynamique (sans pour autant exclure que si un Grec attrapait une kalachnikov je n'aurais pas été le second), je ne trouve pas d'autre solution qu'une fin digne, avant que je ne commence à chercher dans les poubelles pour me nourrir. Je pense qu'un jour les jeunes sans avenir prendront les armes et qu'ils pendront les traîtres sur la place Syntagma, comme les Italiens ont fait avec Mussolini en 1945 (sur la place Peretto de Milan).»
Mercredi soir, un millier de personnes se sont recueillies autour de l'arbre où l'homme s'est suicidé. Jeudi matin encore, des dizaines de Grecs continuent d'y déposer des gerbes de fleurs. Pour Giorgos Delastik, analyste politique, au-delà du symbole, le geste est politique. «Pour la première fois, l'intégralité de la classe politique a réagi. Même le premier ministre a envoyé un communiqué. Car cet homme n'était pas fou. Il a décidé de se tuer devant tout le monde, sur cette place où il y a quelques mois encore il manifestait avec les indignés. Les retraités se retrouvent avec une pension misérable et sont étouffés par l'austérité mais n'ont pas la force de crier leur colère», explique-t-il.
Le taux de suicides en Grèce a augmenté de 45% en un an et le désespoir des Grecs inquiète les autorités. «Les gens se ruent vers les hôpitaux psychiatriques, ils ont peur de l'avenir et savent que le bout du tunnel n'est pas proche. Le taux de surendettés qui ne peuvent s'affranchir de leurs dettes ne cesse de croître et la paupérisation de la société est une réalité», reprend Giorgos Delastik. Pour pallier ce phénomène, les associations caritatives internationales s'organisent.
Le Secours populaire de France a commencé hier une mission en Grèce. Un fonds d'urgence de 10.000 euros a été débloqué pour venir en aide à un millier de familles grecques dans les quartiers les plus défavorisés. En collaboration avec le comité pour la solidarité démocratique internationale, d'autres missions devraient être prochainement mises en place.

Alexia Kefalas




http://www.latribune.fr/entreprises-finance/banques-finance/industrie-financiere/20120222trib000684345/l-ardoise-grecque-pourquoi-535-de-decote-75-de-depreciation-pour-les-banques-.html

L'ardoise grecque : pourquoi 53,5% de décote = 75% de dépréciation pour les banques ?

 Par Séverine Sollier  |  22/02/2012, 15:25  |


Les banques et autres créanciers privés qui possèdent des obligations d'État grecques ont accepté de réduire leur valeur afin d'alléger la dette de la Grèce de 107 milliards. La décote prévue est de 53,5% mais les établissements financiers déprécient leurs portefeuilles d'obligations grecques de 70% ou davantage. Explications.
La facture est plus salée qu'il n'y paraît pour les créanciers privés de la Grèce. Les banques, assureurs et fonds d'investissements ont accepté une décote des obligations d'Etat grecques qu'ils détiennent dans l'accord dit PSI (private sector involvement) signé mardi 21 février entre les représentants officiels de la Grèce et les membres du comité des créanciers privés, représentés lors des négociations par le président de l'Institut de la finance internationale (IFI), Charles dallara et Jean Lemierre de BNP Paribas. Cette décote s'élève à 53,5% mais en réalité, cela va coûter beaucoup plus cher.

Pourquoi la décote est-elle de 53,5%

Pour quoi le chiffre est-il fixé à 53,5% ? "Pour faire économiser à la Grèce 107 milliards de dette, il faut retirer 53,5% au quelque 200 milliards d'obligations souveraines grecques détenues par les créanciers, en dehors des banques centrales et de la Banque centrale européenne", explique Patrick Jacq, stratégiste marchés obligataires chez BNP Paribas. Le plan global d'aide à la Grèce a en effet pour objectif de réduire l'endettement de la Grèce à 120% du produit intérieur brut contre 160% actuellement. Pour y parvenir, ce plan prévoit un soutien financier de 237 Milliards dont 130 milliards apportés en plusieurs tranches par le secteur public à commencer par les Etats membres de l'Union euroépenne et le Fonds monétaire international (FMI). Les 107 milliards restants doivent être apportés par le secteur privé grâce à un abandon de dette par les créanciers privés. Pour atteindre le montant de 107 milliards, il faut faire "disparaître" 53,5% du total des obligations détenues par les créanciers , principalement des investisseurs institutionnels. Donc, les obligations grecques ne vaudront plus que 46,5% de leur valeur initiale.

Une perte de plus de 70% pour les banquiers et assureurs

Plusieurs banques et compagnies d'assurance français ont déjà annoncé, à l'occasion de la publication de leurs résultats annuels, un montant de perte supérieur à 70%, passé dans leurs comptes 2011, en raison de la décote des obligations grecques. BNP Paribas a ainsi prévu une perte de 75% comme Société Générale. Axa, pour sa part, a déprécié son portefeuille d'obligations souveraines grecques de 78% soit au total 387 millions d'euros au titre de l'ensemble de l'année 2011. Quant à CNP Assurances, qui publiait ses résultats mercredi 22 février, il a déprécié ses obligations souveraines grecques à 70% du nominal, ce qui représente une perte de 60 millions d'euros. Globalement, les pertes comptabilisées par les créanciers privés seront égales ou supérieures à 70%.

L'opération de décote consiste en fait en un échange de titres. Pour chaque obligation, les créanciers recevront des nouveaux titres obligataires de l'Etat grec pour 31,5% de la valeur initiale. Il recevront aussi des titres à court terme émis par le Fonds européen de stabilité (FESF) pour 15%. Ce qui reste, c'est-à-dire 53,5% du prix initial, sera donc définitivement perdu. C'est le sens de la "décote".

Des obligations nouvelles moins rémunérées et plus longues

La durée des nouvelles obligations souveraines grecques sera variable, de 11 à 30 ans, et les taux d'intérêt évolueront : les trois premières années, la rémunération annuelle sera de 2%, puis de 3% sur les 5 années suivantes et de 4,3% ensuite, jusqu'à 30 ans. Le taux proposé sera en moyenne de 3,65%, donc inférieur à la rémunération octroyée jusqu'alors. "Le coupon moyen de la dette grecque actuelle est plus élevé et sa maturité plus courte que les coupons des nouvelles obligations grecques dont le taux d'intérêt est plus faible et la duration plus longue. Cela se traduit par une perte en valeur actualisée nette des portefeuilles", précise René Defossez, stratégiste obligataire chez Natixis à Londres.

Comment passe-t-on de 53,5% de décote à plus 70% de dépréciation ?

"Pour calculer la valeur actuelle de leurs portefeuilles obligataires, les banques appliquent un taux d'escompte", explique Patrick Jacq de BNP Paribas avant d'ajouter, "lors de la précédente décote en juillet, ce taux était de 9%, aujourd'hui il est de plus proche de 12%". Et de préciser, "le taux d'escompte est une hypothèse sur un niveau de taux d'intérêt moyen. C'est un taux théorique mais il s'imposera à tout le monde afin de formaliser le calcul".

Il s'agit d'une véritable restructuration de la dette détenue au bilan de chaque établissement. La perte consécutive pour chaque portefeuille dépend des caractéristiques des titres actuels, en termes de rémunération (taux d'intérêt) et de maturité (date de l'échéance), et des caractéristiques des nouveaux titres qui seront reçus lors de l'échange.

Chaque enseigne est en principe libre de participer à cette opération de re-souscription de titres ("roll over"). Mais pour être efficace, c'est-à-dire pour permettre l'effacement du montant souhaité de dette de la Grèce, elle suppose que la quasi-totalité des créanciers y participe.

Que se passerait-il si des hedge funds refusaient l'échange ?

Depuis plusieurs mois, des rumeurs affirment que certains hedge funds détenteurs d'obligations grecques ne participeraient pas à l'échange, avec l'objectif de faire capoter l'accord PSI (private sector involvement) et d'obtenir la mis en oeuvre des CDS (Credit Default Swap), ces assurances qui jouent en cas de défaut d'un émetteur.

Une éventualité que la plupart des spécialistes considèrent aujourd'hui comme très improbable, en raison notamment du faible montant des encours nets des CDS sur la dette grecque. "Pour ceux qui ne participeront pas à l'échange, les titres seront remboursés à l'échéance. Mais en deça d'un certain seuil de participation, la Grèce peut se réserver le droit de prendre des mesures plus incitatives, le but étant de ne pas en arriver là et de rester dans le cadre du volontariat", indique Patrick Jacq. Pour sa part, René Defossez de Natixis est plus catégorique : "La Grèce pourrait obliger les créanciers en faisant jouer la CAC [clause d'action collective], d'ailleurs elle a prévenu qu'elle le ferait si besoin". Le parlement grec doit en effet examiner jeudi 23 février le texte de loi sur toute l'opération d'échange d'obligations qui comprend une clause d'action collective. Le gouvernement pourrait la déclencher si moins de 66% des créanciers privés participaient à l'échange.

L'échange d'obligations prévu le 12 mars

La réponse sur le taux de partipation à l'échange d'obligation sera de toute façon bientôt connue puisque l'opération d'échange entre l'État grec et ses établissement créanciers doit avoir lieu le 12 mars.

Et après, les banques conserveront-elles les nouvelles obligations ?

« Les détenteurs d'obligations grecques seront incité à les conserver car il y aura une indexation d'une partie des titres sur la croissance économique de la Grèce ce qui permettra d'avoir un rendement supplémentaire", estime Patrick Jacq de BNP Paribas. Des titres dont le rendement sera indexé sur la croissance de la Grèce seront en effet proposés aux créanciers privés. L'idée est d'offrir une rémunération supplémentaire si l'économie grecque se redresse plus rapidement que prévu. Certains économistes considèrent cependant que les prévisions de croissance de 3% pour la Grèce à compter de 2015 sont exagérement optimistes.

Les banques et créanciers ont un autre motif de conserver les nouveaux titres de dette grecque selon Patrick Jacq : " si la Grèce ne fait pas défaut, il y aura une appréciation des papiers [titres obligataires, ndlr]". Le stratégiste obligataire ajoute néanmoins que "chacun restera libre de conserver ses obligations ou pas".

Que se passera-t-il si la Grèce ne respecte pas ses engagements ?

Si la Grèce ne respectait pas ses engagements de réduction du déficit public, si elle ne versait pas les coupons prévus pour les nouvelles obligations...les créanciers devraient à nouveau restructurer leur dette. L'accord PSI a au moins le mérite de faire gagner du temps ou plutôt de repousser les problèmes à plus tard.

"Le marché est loin d'être rassuré", observe cependant Rene Defossez de Natixis. "Un des risques les plus importants reste le risque de contagion", ajoute-t-il en soulignant que mardi 21 février, jour de l'accord, le seul spread (écart de taux) qui s'agrandissait était le rendement des obligation portugaises contre les obligations allemandes (Bund) avec un écart de plus de dix points de base. Marquant ainsi le déplacement des craintes de la Grèce vers le Portugal.


http://www.letemps.ch/Page/Uuid/50f0a928-5c08-11e1-a6df-c1b0c8547d10

DETTE Mardi 21 février 2012
L’idée de mettre la Grèce sous tutelle de la troïka n’est plus un tabou
Ram Etwareea
La zone euro débattait lundi du second plan d’aide de 130 milliards d’euros Un accord avec les créanciers privés n’est toujours pas acquis

Les ministres des Finances de la zone euro se sont réunis lundi pour finaliser un deuxième plan d’aide de 130 milliards d’euros à la Grèce. Au moment où nous allons mettre sous presse, aucune décision n’était encore prise. Un accord préalable était également attendu entre les créanciers privés et Athènes sur les conditions d’une annulation partielle de la dette. Les négociations se poursuivaient hier soir et selon Josef Ackermann, patron de la Deutsche Bank, un règlement portant sur une remise de 70% pourrait être conclu dans quelques jours. Dans une semaine, les chefs d’Etat de la zone euro se pencheront sur le malade grec. Dans un mois, Athènes devra rembourser 14,5 milliards d’euros de dette arrivant à échéance.

Alors qu’un certain optimisme était de mise avant le début de la réunion d’hier, le ministre des Finances des Pays-Bas Jan Kees de Jager a jeté un froid en proposant une «mise sous tutelle» de la Grèce. «Quand on voit les dérapages des comptes publics, c’est probablement nécessaire», a-t-il fait comprendre. Selon lui, la troïka (Commission européenne, Banque centrale européenne et Fonds monétaire international) sera plus efficace si elle était basée en permanence à Athènes au lieu de ne s’y rendre qu’occasionnellement. «Nous allons devoir nous assurer que chaque promesse faite sera respectée à la lettre», a insisté le ministre néerlandais.

La question de mettre la Grèce sous tutelle est dans l’air depuis quelques jours déjà. Ce week-end, le ministre allemand des Finances Wolfgang Schäuble a demandé aux Grecs d’accepter que des fonctionnaires allemands viennent aider leurs collègues grecs à renforcer l’administration fiscale. Le quotidien d’Athènes Kathimerini craint que la nomination d’un «commissaire allemand au fisc» serait une insulte à la souveraineté nationale. Le journal cite encore d’autres responsables allemands qui «conseillent à la Grèce d’accepter une aide européenne pour construire une administration publique efficace».

Une nouvelle publiée lundi par le même journal a apporté de l’eau au moulin aux partisans d’une surveillance plus stricte de la Grèce. L’an dernier, 700 millions d’euros d’impôts ont été recouvrés, soit un milliard de moins que prévu. L’objectif pour 2012, fixé à 2 milliards, paraît d’ores et déjà compromis du fait de licenciements dans le service public.

L’idée de mettre la Grèce sous tutelle ne choque pas Michel Juvet, chef économiste chez la banque Bordier. «Lorsqu’une entreprise est mise en faillite, un juge nomme un commissaire pour gérer la liquidation. On devrait pouvoir appliquer la même règle à un Etat en faillite d’autant plus que d’autres Etats sont appelés à l’aide», explique-t-il. Pour l’associé de la banque privé, les ministres des Finances pouvaient difficilement parvenir à un accord lundi du fait que de nombreuses questions – participation du FMI, accord avec les créanciers privés – étaient encore en suspens. Toutefois, selon lui, l’heure de vérité dans la crise grecque va sonner lors du prochain sommet européen.

«La Grèce a réalisé des efforts très importants en vue d’obtenir un second plan de sauvetage», a déclaré Christine Lagarde, directrice du FMI, à son arrivée hier à Bruxelles. Hier, le parlement grec est allé encore plus loin dans l’application des mesures d’austérité exigées par la troïka. Il s’agissait de faire des économies supplémentaires de 325 millions d’euros dans le budget 2012. Des coupes, notamment dans les pensions [dont retraites complémentaires], ont été notamment votées alors même que la mobilisation contre la politique gouvernementale se poursuit à Athènes.

Selon des chiffres publiés lundi par la Banque centrale grecque, le pays poursuit sa plongée dans la récession, avec un recul du produit intérieur brut de 7% en 2012. Selon BBC, les conditions de vie se dégradent jour après jour. Le chômage frappe 20,9% de la population active. C’est le double chez les jeunes de moins de 25 ans. Dans la capitale, quelque 20 000 personnes ont perdu leur logement durant cette dernière année. Athènes a également enregistré 5000 appels téléphoniques de la part de candidats au suicide, deux fois plus qu’en 2010. Une bonne nouvelle toutefois: le secteur touristique a enregistré une hausse de 9,45% l’an dernier par rapport à 2010.



http://www.lemonde.fr/europe/article/2012/02/17/l-allemagne-a-t-elle-une-dette-de-guerre-envers-la-grece_1644633_3214.html

L'Allemagne a-t-elle une dette de guerre envers la Grèce ?
Le Monde.fr | 17.02.2012 à 18h03 • Mis à jour le 16.03.2012 à 15h35 |
Par Soren Seelow

"Les Allemands, qui rechignent à financer un second plan de sauvetage pour la Grèce, devraient se souvenir de tout ce qu'ils ont pillé dans ce pays pendant la Seconde Guerre mondiale [...] Avec les intérêts, ce sont 81 milliards d'euros qui sont dus à Athènes. C'est là une autre façon de voir l'Europe et son histoire."

L'homme qui s'exprime ainsi n'est pas un ancien résistant grec, ni même un membre de l'opposition grecque, il n'est pas grec du tout. Il s'agit de l'eurodéputé Daniel Cohn-Bendit, interpellant mercredi 15 février les responsables allemands au Parlement européen au lendemain du refus de la troïka européenne d'octroyer un deuxième plan d'aide de 130 milliards d'euros à Athènes.

"ILS ONT PRIS L'ARGENT GREC ET NE L'ONT JAMAIS RENDU"

L'Allemagne a-t-elle une dette de guerre non réglée envers la Grèce ? La question peut sembler saugrenue, mais elle a le mérite de replacer la crise de la dette que traverse le continent européen dans un temps long. Montrés du doigt comme de mauvais payeurs, étranglés par plusieurs plans de rigueur, excédés par le "diktat" allemand, les Grecs sont de plus en plus nombreux à renvoyer Berlin aux ardoises du passé.

Début 2010, lors d'un voyage en Allemagne, Theodoros Pangalos, alors vice-premier ministre, avait lancé une bombe sur les ondes de la BBC : "Ils ont pris les réserves d'or de la Banque de Grèce, ils ont pris l'argent grec et ne l'ont jamais rendu. C'est un sujet qu'il faudra bien aborder un jour ou l'autre." En décembre de la même année, le secrétaire d'Etat aux finances hellènes, Philippos  Sahinidis, était allé plus loin en chiffrant la dette allemande envers son pays à 162 milliards d'euros, à comparer au montant de la dette grecque qui s'élevait à 350 milliards d'euros fin 2011.

Photo : Pour le héros de la Résistance Manolis Glezos, l'Allemagne doit 162 milliards d'euros à la Grèce. AFP/LOUISA GOULIAMAKI

Plus récemment, c'était au tour du héros de la Résistance Manolis Glezos, 89 ans, connu pour avoir décroché le drapeau nazi de l'Acropole en 1941, de réclamer le remboursement du prêt imposé à la Grèce par le régime nazi. "Avec les dommages de guerre", qu'Athènes se réserve toujours le droit de revendiquer, "c'est 162 milliards d'euros, sans les intérêts", estime-t-il.

BATAILLE DE CHIFFRES

Conbien doit l'Allemagne ? 81 milliards, comme le dit Cohn-Bendit ? 162 milliards, à en croire les revendications grecques ? 68 milliards comme l'affirme Le Point ? ou rien du tout, comme le soutient Berlin ? La bataille de chiffres qui entoure cette question est à la mesure de la complexité de la situation.

Nous sommes en 1941. Le 6 avril, la Wehrmacht envahit la Grèce. Elle y restera jusqu'en 1944. Dans son ouvrage Dans la Grèce d'Hitler, l'historien Mark Mazower estime que la Grèce est le pays qui a le plus souffert du joug nazi – derrière la Russie et la Pologne – et qu'elle a subi un "pillage systématique de ses ressources". En 1941, les nazis imposeront en outre à la Banque centrale grecque, comme ils l'ont fait dans d'autres pays, un prêt de 476 millions de reichsmarks au titre des contributions à l'effort de guerre.

Cet "emprunt" ne sera jamais remboursé, pour la simple raison qu'il ne figure pas dans l'accord de Londres de 1953 qui fixe le montant des dettes extérieures contractées par l'Allemagne entre 1919 et 1945. Afin de ne pas répéter les erreurs du traité de Versailles et de ménager ce nouvel allié de l'Ouest face à la menace communiste, les Etats-Unis consentent à réduire la dette de l'Allemagne de moitié. Les victimes de l'Occupation sont priées d'oublier leurs demandes de réparation. L'objectif stratégique des alliés est d'édifier une Allemagne forte et sereine, plutôt que ruinée par les dettes et humiliée.

Washington obtient surtout des pays bénéficiaires du plan Marshall qu'ils renoncent à exiger immédiatement leur dû, repoussant d'éventuelles réparations à une réunification de l'Allemagne dans le cadre d'un "traité de paix". "A partir de là, l'Allemagne s'est portée comme un charme pendant que le reste de l'Europe se saignait aux quatre veines pour panser les plaies laissées par la guerre et l'occupation allemande", résume l'historien de l'économie allemand Albrecht Ritschl, professeur à la London School of Economics, dans un entretien à Der Spiegel (en version française dans Courrier international).

L'ALLEMAGNE A FAIT TROIS FOIS DÉFAUT

Ce sursis permettra à la RFA de connaître un véritable "miracle économique", le fameux Wirtschaftswunder pendant quatre décennies. Et au moment de passer à la caisse, Bonn s'arrangera pour ne pas honorer ses engagements. Le chancelier Helmut Kohl obtient en effet que le traité de Moscou de 1990 entérinant la réunification ne porte pas la mention "traité de paix", une des conditions figurant dans l'accord de 1953 pour d'éventuels remboursements. "C'était un moyen de continuer à fuir les réparations", souligne le Süddeutsche Zeitung (article traduit en français). En approuvant ce traité, la Grèce a perdu, aux yeux de Berlin, toute légitimité à réclamer des réparations. "Dans la pratique, l'accord de Londres de 1953 libéra les Allemands de leur obligation de rembourser leurs dettes de guerre", résume le quotidien allemand.

En d'autres termes, l'actuel champion économique de la zone euro a fait trois fois défaut au cours du XXe siècle : dans les années 1930, en 1953 et en 1990. "L'Allemagne n'a pas réglé ses réparations après 1990 – à l'exception des indemnités versées aux travailleurs forcés, poursuit Albrecht Ritschl dans Der Spiegel. Les crédits prélevés de force dans les pays occupés pendant la Seconde Guerre mondiale et les frais liés à l'Occupation n'ont pas non plus été remboursés. A la Grèce non plus." Or "personne en Grèce n'a oublié que la République fédérale devait sa bonne forme économique aux faveurs consenties par d'autres nations", insiste-t-il.

photo : L'avocat allemand Joachim Rollhauser lit une déclaration devant l'ambassade d'Allemagne à Athènes lors d'une manifestation de citoyens allemands réclamant des réparations immédiates pour toutes les victimes grecques du nazisme, le 6 juin 2011. AFP/LOUISA GOULIAMAKI

En tout et pour tout, la République fédérale n'a dédommagé qu'une fois la Grèce : 115 millions de deutsche Marks (environ 58 millions d'euros). C'était en 1960, dans le cadre d'un accord global avec plusieurs pays européens et Israël. Depuis cette date, l'Allemagne estime s'être acquittée de sa dette. Mieux encore, elle n'hésite pas à rappeler qu'elle a "payé depuis 1960 environ 33 milliards de deutsche Marks d'aides à la Grèce, à la fois de façon bilatérale et dans le cadre de l'Union européenne". A quoi il faut ajouter que la Grèce a bénéficié de plus de 700 millions de dollars de l'époque dans le cadre du plan Marshall.

COHN-BENDIT : UNE QUESTION "MORALE"

Sauf qu'en cette période de crise continentale, tout le monde, y compris en Allemagne, ne se satisfait pas des immenses faveurs accordées à Berlin au lendemain de la guerre. Asphyxiés par leurs dettes et pressés par Berlin d'enchaîner les plans d'austérité, les Grecs sont de plus en plus nombreux à vouloir faire partager une partie de leur fardeau à leurs anciens envahisseurs.

La somme de 162 milliards d'euros évoquée va ainsi bien au-delà du seul remboursement du prêt forcé, qu'on estime dans une fourchette comprise entre 54 milliards et 81 milliards d'euros. Elle englobe en outre les 108 milliards évalués lors de la Conférence internationale de paix à Paris pour la réparation des dommages causés par les troupes nazies sur l'infrastructure économique du pays.

Daniel Cohn-Bendit, lui, se place sur un "plan moral" : "Les Allemands, qui se disent vertueux, estiment que les Grecs ont péché et qu'ils doivent payer. Or, ceux qui ont le plus péché, ce sont tout de même les Allemands, dont la dette a pourtant été effacée parce que les Américains y voyaient un intérêt stratégique. Pourquoi ne pas considérer que sauver la Grèce est stratégique, au lieu de mettre ce pays à genoux ?"

Soren Seelow


594 av. J.-C. : les Athéniens abolissent leurs dettes
Dimanche 26 Juillet 2015 à 5:00
Hervé Nathan
Dans l'Athènes du VIe siècle avant Jésus-Christ, les pauvres endettés devenaient les esclaves de leur créanciers. Un système inique auquel mit fin le démocrate Solon, car le peuple grondait. Déjà !

Solon réformant les lois d'Athènes - MARY EVANS/SIPA
>>> Article paru dans Marianne daté du 17 juillet

On ignore quelle température règne sur Athènes en cette année 594 avant Jésus-Christ (ou 592, selon les sources...). En revanche, on sait que le climat social est torride. La cité, qui est encore loin d'être la puissance internationale qu'elle deviendra au siècle de Périclès, est au bord de la guerre civile. L'affrontement couve depuis plusieurs années entre riches propriétaires fonciers qui dominent la vie politique et les pauvres. Deux siècles plus tard, Aristote le raconte (1) : « Il survint un conflit entre l'aristocratie et le peuple, un conflit qui fut de longue durée. [...] En particulier, les pauvres étaient les esclaves des riches, aussi bien les hommes que les femmes et les enfants. »

Le processus est vicieux et implacable, qui s'appuie sur les lois du réputé législateur Dracon : « Les prêts avaient les personnes pour gages et la terre était dans un petit nombre de mains. » Les paysans pauvres s'endettent auprès des riches ; lorsqu'ils ne peuvent plus rembourser (en nature, car les espèces, dont la célèbre drachme, ne circulent pas encore réellement), leurs propriétés sont saisies par les créanciers. Les agriculteurs deviennent alors des hektémores (ceux qui travaillent au sixième), ce qui signifie qu'ils doivent un métayage (partage des récoltes) équivalent aux cinq sixièmes de produits de leurs terres. Le sixième de la production qui leur revient est évidemment insuffisant à la subsistance de la famille. Devenir hektémore, c'est entrer dans l'antichambre de la servitude.

DOULOS ET DESPOTES

Dans le pourtour du Bassin méditerranéen de l'époque, il existe une manière quasi universelle pour les pauvres d'honorer les dettes : devenir l'esclave du prêteur (lire encadré). Le paysan encore libre devient alors un doulos, soumis au despote (« maître ») et avec lui, toute sa famille, femme et enfants. C'est là, selon Aristote, que le vase menace de déborder : les maîtres revendent les esclaves. Entre eux, c'est un moindre mal puisque les personnes restent sur la terre de l'Attique. Mais vendre des Athéniens à des étrangers et les contraindre ainsi à l'exil, cela constitue un scandale, quasiment un sacrilège.

« Pour la foule, le plus pénible et le plus amer des maux politiques était cet esclavage. Pourtant, elle avait tous les autres sujets de mécontentements, car pour ainsi dire elle n'avait aucun droit », écrit Aristote. La campagne de l'Attique est à cran. La guerre servile (le mot ne sera inventé par Rome que plusieurs siècles plus tard) est aux portes de la ville, ce d'autant plus que les détenteurs du pouvoir économique disposent aussi du pouvoir politique. La constitution héritée de Dracon donne les clés de l'Etat aux classes les plus riches. Il faut en particulier posséder un patrimoine d'au moins 10 mines (une mine vaut 100 drachmes et 402 g d'argent) pour être archonte, c'est-à-dire magistrat suprême.

GUERRIER ET POÈTE

C'est pourtant un membre de cette aristocratie qui va résoudre la crise. Solon est élu archonte en - 594. Plutarque en fera plus tard un personnage exceptionnel. Il était issu d'une des meilleures familles de la cité, les eupatrides (les « bien-nés », c'est tout dire...), mais, par ses revenus et sa fortune, nous dit Aristote, il faisait aussi partie de la classe moyenne. L'homme qui fera partie des Sept Sages de la Grèce (auprès de Thalès de Milet, Bias de Priène, Pittacos de Mytilène...) est à la fois chef de guerre et poète, capable donc d'emmener les hoplites athéniens à la conquête de l'île voisine de Salamine, mais aussi de discourir en vers devant l'assemblée des citoyens... Solon trouve les mots qui touchent les Athéniens : « Dans ma poitrine, mon cœur est affligé quand je vois assassinée la plus antique terre d'Ionie. » Le magistrat reçoit le mandat explicite de résoudre la crise sociale et de réformer la constitution... Pas simple : assailli de revendications de toutes parts, l'arbitre affirme « s'être débattu comme un loup au milieu des chiens », mais plaide le dialogue : « Vous calmez dans votre poitrine la violence de votre cœur, vous qui êtes allé jusqu'au dégoût des plus grands biens ; amenez à la modération votre esprit orgueilleux, car nous n'obéirons pas et tout ne vous réussira pas... » La violence sociale ne demande qu'un prétexte pour éclater. Le moindre faux pas d'un côté ou de l'autre menace de dégénérer. « Si j'avais voulu ce qui plaisait alors aux ennemis du peuple ou encore ce que leurs adversaires leur souhaitaient, la cité fût devenue veuve de bien des citoyens », chante le poète...

UN ACTE DE PIÉTÉ

Il faut trouver le compromis, même si « les riches » ont davantage de responsabilités dans le conflit, menés qu'ils sont par « l'avidité et l'orgueil ». Il prononce donc la suppression des dettes de toute nature, privées et publiques. D'un coup, les esclaves retrouvent leur statut d'homme libre, à tel point qu'il faut que les ex-maîtres rapatrient les citoyens qu'ils avaient expédiés à l'étranger ou dans les colonies du pourtour de la mer Noire. De plus, la nouvelle loi interdit désormais de prêter en prenant les personnes pour gages, et libère les hektémores de leur redevance des cinq sixièmes. C'est la sisachthie, le « rejet du fardeau ». Solon la présente comme un acte de piété : ce sont autant les citoyens qui sont réhabilités que la « terre noire », sacrée, de l'Attique, jusque-là souillée par des pratiques sociales qui bafouent les dieux. La mesure est néanmoins révolutionnaire au point que Platon, philosophe opposé à la démocratie, y verra le signe d'une dangereuse anarchie (2) !

En fait, Solon limite aussi les dégâts pour les propriétaires : les membres du parti démocratique poussaient plus loin la revendication et exigeaient aussi une réforme agraire, le partage général des terres. Solon les voit venir : « Ils allaient au pillage avec de folles espérances, et chacun d'eux s'attendait à trouver une grande richesse. » Mais il refuse ce communisme version antique : « Il ne me plaît pas de donner aux bons et aux mauvais une part égale de la grasse terre de la patrie... »

L'abolition des créances ne fit pas que des malheureux dans les classes aisées. Trois de leurs représentants, Conion, Clinias et Hipponicos, expérimentèrent à cette occasion ce qui peut apparaître comme le premier délit d'initiés de l'histoire. Ces trois amis de Solon, dans la confidence des projets législatifs de l'archonte, s'empressèrent d'emprunter de fortes sommes d'argent pour acheter des terres. « Quand ensuite le décret fut publié, ils gardèrent les biens qu'ils avaient acquis et ne remboursèrent pas ceux qui leur avaient prêté de l'argent. » Les trois compères reçurent le joli surnom de Chréocopidès (« Coupe-dettes »). L'affaire faillit coûter cher à Solon, accusé de complicité. Fort heureusement, il put prouver qu'il avait lui-même prêté des sommes importantes que sa propre loi lui avait fait perdre...

Par l'arbitrage de Solon, les Athéniens sont donc libres pour le présent et le futur. Ce qui ne signifie aucunement l'abolition de l'esclavage, réservé dorénavant aux non-Athéniens. Il est même probable que la sisachthie va accélérer la croissance du marché de l'esclavage en multipliant les expéditions extérieures des Athéniens, dont les descendants des anciens esclaves feront volontiers partie, afin de pratiquer le rapt de la main-d'œuvre servile. Car redevenir citoyen de plein exercice permet aussi de participer aux guerres dans les rangs des hoplites, ces guerriers lourdement armés qui combattent au coude à coude, et qui font la force des cités grecques. Qui dit bataille dit butin et partage, y compris hommes, femmes et enfants capturés. La population de la Thrace sera ainsi largement mise à contribution pour exploiter les mines d'argent du massif du Laurion, richesse collective des citoyens d'Athènes (le métal permet de frapper des drachmes en abondance), mais aussi cimetière humain proverbial tant les conditions de travail y sont exténuantes.

A la concorde sociale devait correspondre de nouvelles institutions politiques. On prête à Solon, devenu le législateur par excellence, une refonte complète des institutions de la cité, jusqu'aux poids et mesures et à la monnaie, ce qui est contesté par nombre d'historiens (3). Il est néanmoins certain que la révolution sociale a rapproché les classes laborieuses du pouvoir. C'est l'opinion d'Aristote qui rapporte (dans la Politique) les récriminations des oligarques : « Tout en se gardant d'abolir les institutions qui existaient auparavant, telles que le Conseil [de l'Aréopage] et l'élection des magistrats, Solon a réellement fondé la démocratie en composant les tribunaux de juges pris parmi tous les citoyens. Aussi lui adresse-t-on parfois de vives critiques, comme ayant détruit l'élément non démocratique du gouvernement, en attribuant l'autorité suprême aux tribunaux dont les membres sont tirés au sort. » Mais le philosophe précise : « Solon lui-même n'a vraisemblablement attribué au peuple que le pouvoir strictement nécessaire, celui d'élire les magistrats et de vérifier leur gestion. Car, si le peuple ne possède même pas sur ce point un contrôle absolu, il ne peut être qu'esclave et ennemi de la chose publique. »

UNE SOCIÉTÉ DIVISÉE

N'ayant pas réussi à faire cesser les troubles, craignant aussi la vindicte des extrêmes insatisfaits de ses réformes, qu'ils soient démocrates ou oligarques, Solon choisit avec prudence de s'exiler pour une décennie. Cinq ans après son départ, les dissensions duraient toujours et Aristote décrit une société profondément divisée : « Ils ne cessaient de se faire souffrir les uns et les autres, les uns prenant pour cause et pour prétexte la suppression des dettes (car ils avaient été ruinés), les autres étant mécontents de la constitution à cause de l'importance de la réforme, certains par rivalités réciproques. » Après une tentative de partage du pouvoir antre classes sociales, Pisistrate - un populiste démocrate, dirait-on aujourd'hui - prend le pouvoir. C'est un tyran, puisqu'il ne respecte pas la loi, mais Aristote le dépeint en despote éclairé : « Il assurait toujours la paix et veillait à la tranquillité du peuple. » Un dicton populaire ne disait-il pas que « sous Pisistrate, c'était la vie sous Cronos ». La belle époque, en somme.

Solon le poète : "Ceci, je l'ai accompli par la force de la loi"
« Quant à moi, le but pour lequel j'ai rassemblé le peuple, en quoi y ai-je renoncé avant de l'avoir atteint ? Elle peut en porter témoignage devant la justice du Temps, la mère toute-puissante des Olympiens, mieux que quiconque, elle, la terre noire, dont j'ai un jour arraché les bornes plantées en maints endroits dans le sol ; auparavant esclave, maintenant elle est libre.
Ils sont nombreux, ceux qu'à Athènes, leur patrie fondée par les dieux, j'ai fait revenir : ils avaient été vendus, celui-ci injustement, celui-là au nom de la justice, les uns partis en exil sous l'effet d'une implacable nécessité, ne parlant plus la langue attique, comme il arrive à des gens qui errent en tous lieux ; les autres, qui connaissaient ici même un esclavage indigne et redoutaient l'humeur de leurs maîtres, j'ai fait d'eux des hommes libres.
Ceci, je l'ai accompli par la force de la loi, en associant la contrainte et la justice, et j'ai suivi ma route comme je l'avais promis. J'ai rédigé des lois aussi bien pour le méchant que pour l'homme de bien, préparant pour chacun une justice droite. »
Cité par Aristote (Constitution athénienne, XII, 4.), traduction de Michel Sève.
 

L'esclavage pour dettes existe encore
De nombreux exemples de servitude pour dettes sont connus dès l'Antiquité. En Mésopotamie, on « efface les tablettes » qui conservent les créances, ce qui libère les esclaves. Dans la Bible, les Hébreux se lamentent : « Nous voici esclaves sur la terre que tu as donnée à nos pères, pour qu'ils jouissent de ses fruits et de ses biens ! » (Néhémie, 9,36). L'esclavage pour dette étant contraire à la promesse de l'Eternel : « Je vous ai tirés de la maison d'esclavage [l'Egypte] », le roi Josias établit au VIIe siècle av. J.-C. « l'année sabbatique », à l'occasion de laquelle les dettes sont éteintes. On retrouve la servitude pour dettes dans la Rome républicaine, puis au Moyen Age en Occident comme en Orient. Certains contrats sont assimilables à un esclavage, comme les indentures que signaient des migrants vers les Etats-Unis pour rembourser leur traversée. Le XIIIe amendement de la Constitution des Etats-Unis (1865) émancipe les Noirs mais aussi des Blancs réduits en servitude pour dettes. L'Inde n'a aboli la servitude pour dettes qu'en 1975, et le Pakistan, en 1992. Le travail contraint pour le remboursement de la dette contractée pour émigrer est, on le sait, encore en cours en Europe, même s'il est réprimé au titre du trafic d'êtres humains. On signale encore des situations d'esclavage au Brésil ou en Mauritanie. Une vingtaine de millions de personnes seraient concernées dans le monde.
(1) La source principale est la Constitution d'Athènes rédigée par Aristote entre 329 et 322 av. J.-C.. On trouve les traductions de référence soit aux Belles Lettres (Georges Mathieu et Bernard Haussoullier), soit au Livre de poche (Michel Sève).
(2) « Anarchie » signifie « sans archonte ». Le terme désignait les années où l'on n'avait pas élu de magistrat.
(3) Cf. Politique et société en Grèce ancienne, de Claude Mossé, Flammarion 1999.
Lire aussi : l'Effacement des dettes, une solution à la crise mondiale. L'exemple de Solon dans la Grèce antique, d'Ina Piperaki et Jean-Michel Reynaud, éd. Bruno Leprince.




http://www.marianne.net/594-av-j-c-les-atheniens-abolissent-leurs-dettes-100235724.html



Ajouter ce site à vos favoris   Autre site de l'auteur : Amour, nature et poésie -

      http://altermonde.info/accueil   licence creative commons